Trait d'union
 Accueil Remonter Échos du Conseil général Trait d'union O Kati ya biso twese Nouvelles du Mexique Japon Revue Partage Crois-sens

 

LE TRAIT D'UNION

Bulletin de liaison des Associés et Associées

 

novembre 02 septembre 06 hors-série 09
décembre 02 hors-série 06 décembre 09
février 03 janvier 07 février 10
mars 03 mars 07 avril 10
mai 03 avril 07 juin 10
septembre 03 juin 07 hors-série 10
octobre 03 juin 07 supp octobre 10
décembre 03 décembre 07 novembre 10
mars 04 hors-série 07 avril 11
mai 04 février 08 octobre 11
juin 04 mai 08 novembre 11
septembre 04 juillet 08 hors série 11
hors-série 04 septembre 08 janvier 12
décembre 04 octobre 08 avril 12
février 05 hors-série 08 juin 12
hors-série 05 septembre 07 octobre 12
novembre 05 novembre 07 hors série 12
décembre 05 décembre 08 décembre 12
février 06 février 09 avril 13
avril 05 avril 09 juin 13
septembre 05 juin 09 octobre 13
avril 06 septembre 09  
juin 06 novembre 09  

 

 

 

 

 

 

 

 

volume 1, no 1                       Novembre 2002

Vivre et partager la vie!

Si la journée du dimanche 27 octobre fut plutôt maussade côté température, le climat de l’Assemblée annuelle des Associés et Associées FIC s’est avéré des plus ensoleillés et cordiaux. Le Centre Plein Air Ville-Joie, sur la rive du Lac Saint-Pierre à Pointe-du-Lac, accueillait la troisième réunion annuelle des ‘FIC et laïcs en association’ de la Province Jean de la Mennais sous le thème Vivre et Partager la vie! Trente-quatre (34) associés et associées et quarante-deux (42) frères des quatre coins de la province (dont un du Nouveau-Brunswick) s’étaient donné rendez-vous pour prier, échanger et célébrer leur mission commune de chrétiens engagés.  

cliquer sur les images pour les agrandir

 Vers 9h30, les co-animateurs de la journée, Sophie Lapointe et Gaston Boucher, tous deux membres du Comité de coordination, firent le bilan rapide de l’année et présentèrent le thème du jour. Suivit une brève initiation aux psaumes, avec soutien « PowerPoint » par Jean-Guy Gauvreau, laquelle servit d’introduction à la Célébration sous forme de psaume récapitulant les moments forts du vécu de l’association.

  Vinrent ensuite deux ateliers d’une heure chacun qui avaient pour thème Vouloir et Croire et Résoudre et Oser. Les participants, répartis en huit (8) équipes d’échanges, avaient à débattre deux questions : 1) Pourquoi et pour quoi, comme associé-e ou frère, je trouve important que vivent et grandissent nos groupes et que de nouveaux groupes se créent?    2) Comment faire en sorte que les groupes vivent, se développent, se multiplient? Des pistes, des approches, des moyens, des personnes à cibler… C’est du choc des idées émises, des objections retenues et des solutions proposées que devaient jaillir les éléments qui allaient faire l’objet de la présentation en remontée-plénière en après-midi.

  Après le repas du midi, F. Marcel « sacrifiait » une partie de la pause pour compiler sur « PowerPoint » les résultats des ateliers, tandis que plusieurs des participants faisaient une visite à la Maison Saint-Joseph. À 14h30, le chant Lumière du monde signalait la reprise des travaux : remontée-plénière, les triades et le mot de l’équipe provinciale.

  La pause de 16h00 donna l’occasion d’accueillir des frères de Shawinigan-Sud et de Pointe-du-Lac qui se joignirent à l’assemblée pour la célébration eucharistique présidée par F. Albert Mayrand, accompagné de F. Jean-Paul Boisvert et du diacre Georges Ross. F. Pierre Leblanc assurait l’accompagnement musical des chants. C’est comme sel et lumière que les associés et associées renouvelèrent leur engagement au moment de la communion. Les agapes se prolongèrent au souper, suivi du retour des convives dans leur milieux respectifs.

 Commentaires entendus ou écrits : « Réunion bien préparée : audio-visuel, etc.; objectif clair; bonne réponse de tous, bon climat. Convergence des idées et des esprits, échanges spontanés. Bon déroulement de la journée. Félicitations à tous les membres du comité organisateur! Lâchez pas! Merci! »◄

 

MESSAGE

  Un mot sur le thème de notre rencontre : « Vivre et partager la vie ». La rencontre d’aujourd’hui est un signe indéniable de communion, d’unité dans la diversité. Mais cette communion n’est pas une communion statique, refermée sur elle-même. Nous sommes en communion pour la mission. Ce qui importe, nous dit saint Paul, ce ne sont pas nos différences : que nous soyons Juif ou Grec, esclave ou homme libre, homme ou femme, frère ou associé-e, cela importe peu. Comme Paul le dit aux Galates, « ce qui importe, c’est la foi agissant par la charité ». Voilà ce qui nous unit!

  C’est exactement ce à quoi Jean-Marie de la Mennais nous incite : « Ayons un cœur vraiment catholique; que tous ceux qui comme nous travaillent à agrandir le patrimoine et le Royaume de Jésus-Christ nous soient toujours très chers; intéressons-nous à leurs œuvres et à leurs travaux autant qu’aux nôtres. » En d’autres mots, la communion appelle au partage de la mission. Le Chapitre de 2000 actualise le même message dans les termes suivants : « Frères et laïcs, nous sommes invités à poursuivre notre effort avec audace, ou à nous mettre en marche avec confiance, pour vivre ensemble la mission partagée dans une Église communion, ‘famille de Dieu’. »

Audace et confiance sauront nous inspirer les orientations et les initiatives à prendre pour que, nourris à une spiritualité commune et soutenus par des liens plus solides, nous fassions davantage ‘corps pour la mission’. ◄                                            

Robert Smyth

 

Comment concrètement vivre et partager la vie…

Les deux ateliers de la journée ont tenté de discerner les moyens à mettre en œuvre pour que la vie se développe davantage dans les groupes d’associés et associées et d’entrevoir les pistes les plus prometteuses pour un partage de cette vie avec d’autres. Présentées en remontée-plénière, ces propositions ont été remises au comité de coordination qui en tiendra compte dans son plan d’action pour l’année. À noter que plusieurs des idées émises dans les ateliers ont retenti lors des « triades », lesquelles ont permis une expression un peu plus personnalisée des opinions. (Voir En triades) Ci-dessous, A = Animateur-trice C = Co-animateur-trice.

Équipe A : Léo-Paul Laforme (A); Aline Lavergne (C)

  • Inviter des personnes plus jeunes à prendre part à notre foi, en commençant avec celles qui œuvrent déjà avec nous en mission partagée.

  • Tenir compte des réticences des frères en améliorant l’information et la formation des frères, associés et associées.

  • Redécouvrir ou attiser une nouvelle foi. S’assurer d’avoir un accueil de qualité fait de gratuité.

Équipe B : Sophie Lapointe (A); Solange Tousignant (C)

  • Donner un formation uniforme aux responsables des associés et associées et des frères, ainsi que des outils d’animation.

  • Favoriser des rencontres structurées et fréquentes entre associés, associées et frères.

  • Rajeunir nos groupes (jeunes, anciens élèves, collaborateurs) dans une perspective de relève (ouverture missionnaire et suivi).

  • Avant tout, permettre à chaque frère d’exprimer ses sentiments (joie, crainte, avantages,…).

  • Oser faire les premiers pas pour inviter des personnes à faire un cheminement mennaisien en Église.  

Équipe C : Gaston Boucher (A); Roch Laframboise (C)

  • Les associés et associées ne doivent pas être identifiés qu’à un seul frère.

  • La communauté doit se brancher sur la question des associés et associées.

  • Cible large : c’est pour tout le monde.

  • Il faut rajeunir le groupe des associés et associées.

  • C’est par un contact personnel qu’il y aura plus d’associés et associées.  

Équipe D : Jean-Claude Ruest (A); Mariette Coulouarn (C)

  • Continuer la démarche d’apprivoisement mutuel.

  • Associer d’abord nos proches collaborateurs.

  • Un projet commun adapté et dynamisé par le groupe.

  • Être le cœur, pour que les pieds avancent.

  • Ressourcement : échange, partage de sa foi en profondeur.  

Équipe E : Jean-Guy Gauvreau (A); Marielle Hamel (C)

  • Se connaître (frères, associés et associées) en se rencontrant régulièrement.

  • Que l’animation soit assurée par un frère et un associé ou une associée.

  • La revue Gens de la Mennais, un bon outil pour se connaître réciproquement. Rejoindre des anciens frères et intéresser des jeunes.  

Équipe F : Henriette Laforme (A); Gilles Guay (C)

  • Continuer le processus de sensibilisation et de connaissance.

  • Voir comment créer des liens plus profonds avec les personnes en relation avec nous dans notre milieu.

  • Créer une association à parts égales : comment nous entraider à vivre notre foi et notre mission.  

Équipe F : Jean Lemay (A); Madeleine Dorais (C)

  • Avoir un projet commun avec les frères

  • Toucher les frères dans leur tête : donner de l’information; leur donner le temps de digérer

  • toucher les frères dans leur cœur : que les associés et associées viennent rencontrer les frères et témoignent de leur vécu.

  • Collaboration particulière d’Albert Côté pour réfléchir et prier avec nos fondateurs.  

Équipe H : Jean-Paul Goyette (A); Jeanne-Mance Lavoie (C)

  • Aller chercher des anciens élèves et frères qui partagent déjà notre mission ou qui sont impliqués en pastorale.

  • Se rencontrer mutuellement : source de renouveau.

  • Donner formation et information.

 

EN TRIADES…

Les « triades », sprint final vers la fin de la rencontre, avaient pour objet de glaner les dernières impressions et aspirations des participants, en groupes de trois, à la lumière de ce qu’ils-elles avaient vécu durant la journée. Même si un des commentaires a exprimé le souhait que l’on donne « plus de temps pour les triades » – on a trouvé que 15 minutes était un peu court! –, la récolte de recommandations et de propositions a tout de même été des plus abondantes.

 

Information

Le désir le plus souvent évoqué, et qui dépasse d’emblée tous les autres, est celui d’être mieux informé sur la réalité des Associés et Associées FIC. C’est tout d’abord un compte rendu de l’assemblée que l’on veut recevoir dans les plus brefs délais. On veut « un résumé de la journée vécue ensemble, recevoir au plus tôt les textes, et qu’on fasse parvenir à tous, associées, associés et frères, les conclusions et les orientations qui se dégagent de la rencontre ». Parmi les suites immédiates à donner à la rencontre, c’est donc la publication « de la synthèse du travail de la journée » qui prime.  

Dans un sens plus large, ce besoin d’information se veut aussi communion et connaissance plus approfondie de ce mouvement d’Église. Certains parlent de la nécessité d’un « apprivoisement mutuel ». D’autres désirent que l’on « fasse connaître ce qui se fait dans chaque groupe ». « Il faut clarifier et expliquer, » dit quelqu’un. « Faire un blitz d’information pour les régions les moins informées, » suggère un autre. Un participant un peu plus volubile écrit : « Pour découvrir toutes les possibilités des associés, associées et FIC, créer une façon (un document de travail) qui aidera FIC, associées et associés à approfondir toutes les richesses de cette association, qui fera la lumière et la vérité, qui fera disparaître les peurs, les fausses idées et les réticences. Accepter dans certains cas de redémarrer à la case de départ. »  

Les moyens à prendre pour sensibiliser les gens? « Que des associés et associées aillent dans les fraternités comme personnes-témoins de leur expérience humaine et spirituelle. – Un feuillet mensuel par les associés. – Invitations réciproques associés, associées-frères. – Échange en communauté suite au rapport qu’on recevra. – Favoriser un site Internet pour communiquer entre nous. – Que les frères,les associés et associées étudient le dépliant dans une journée de rencontre par région, question de permettre à tous d’exprimer librement et longuement leurs commentaires et leurs sentiments. » Soit dit en passant, le dépliant fait l’unanimité tant par sa présentation artistique et soignée que par son contenu clair et instructif.

 

Rencontres

Des rencontres structurées : cette proposition et ses corollaires apparaissent nombreux au chapitre des attentes face au comité de coordination. « Structurer davantage les réunions locales. – Que le Comité prépare des schémas de rencontres des groupes associés. – Travailler un instrument unificateur, un plan / structure de réunion. »  

On veut éviter la dispersion : « Se rencontrer lors des réunions autour de thèmes communs en lien avec le thème de l’année lancé lors du 15 août. – Des outils pour alimenter nos rencontres. – Avoir un thème commun pour l’ensemble des groupes. – Avoir les mêmes outils d’animation d’une région à l’autre. »  

Si, d’une part, on désire que les rencontres soient mieux structurées et animées, d’autre part, on veut aussi qu’elles soient plus régulières et qu’elles impliquent plus de monde. « Se rencontrer mutuellement régulièrement (une fois le mois). – Favoriser des rencontres mensuelles dans chaque secteur.– Poursuivre l’information aux frères pour qu’ils participent en plus grand nombre aux réunions des associés et associées. – Développer l’amitié entre frères, associées et associés : échanges, repas. »  

Au niveau de l’association dans son ensemble, on souhaite que soit précisé et élaboré le plan de l’année : « Que le responsable et le comité de coordination présentent le plus tôt possible un plan d’action en vue d’une mission partagée. » Il semble « qu’un lien étroit entre le Comité de coordination et les animateurs de groupes d’associés et associées » favorise une cohésion plus grande.

 

Formation

On veut être informé, mais on veut aussi être formé. Il faut « continuer à donner aux associées et associés un enseignement pour faire connaître l’esprit du Fondateur et la mission FIC (Lafrance / Charron). » On souhaite une « formation à la mission partagée ». On doit prévoir une « formation de base pour les futurs membres : histoire des Fondateurs, [les neuvaines mensuelles sont des occasions de mieux les connaître], œuvres des frères, histoire de la Congrégation, bases de la spiritualité mennaisienne. » En parlant de futurs membres, on se propose de « rajeunir nos rangs, de créer des cellules de jeunes associés et associées, de penser une approche pour aller vers les plus jeunes. » En somme, afin d’en arriver à une meilleure intégration de tous, « assurer un ressourcement mutuel ».

 

Reconnaissance

Si la présence de nombreux frères à la rencontre peut être perçue comme une reconnaissance implicite de l’association, on désire tout de même « une réelle reconnaissance de la part de la Congrégation de cette réalité que sont les associés et associées. Est-ce que les associés et associées frappent à une porte close et barrée? » se demande un participant. Sans cette reconnaissance officielle de l’association par la province, de conclure tel autre, les questions de cette année dépasseraient la réalité et équivaudraient à une « fuite en avant ».  

Bref, plus ample et plus fréquente information, réunions locales régulières, plus étoffées et mieux structurées, formation accentuée, effectifs rajeunis, reconnaissance officialisée : tels sont les desiderata exprimés par les participants à la rencontre du 27 octobre en fin de journée.  

Un souhait qui fait écho aux ateliers résume bien l’ensemble des commentaires : Créer une association à parts égales – soit comment nous entraider à vivre notre foi et notre mission. ◄

 

 

Plan d’animation pour l’année 2002-2003  

Objectif : Créer les conditions préalables nécessaires à l’établissement de liens solides entre frères, associées et associés. 

Moyen général : Passer en revue, prier et échanger sur les principes fondamentaux qui amènent des laïcs engagés et des religieux à faire œuvre commune au sein des Églises locales : tous appelés à la sainteté dans une Église-Communion par le biais de la mission partagée pour un témoignage / partage plus rayonnant et tous appuyés sur la promesse de Dieu-avec-nous.

 

 

 

Pourquoi rester à regarder le ciel?

 

Moyens concrets

1) Dossier d'animation spirituelle à partir de la circulaire "Mission partagée

 

Cinq rencontres prière-échange

  1. Vocation commune : tous appelés à la sainteté

  2. Famille commune : dans une Église-Communion  

  3. Mission commune : charisme, mission partagée, associés-es  

  4. Témoignage élargi : coresponsables de la pastorale des vocations

  5. Confiant en l’aide de Dieu : audace et confiance – « Pars… »  

2) Présentation de la spiritualité mennaisienne  

Au moins deux présentations par F. Marcel Lafrance sur la spiritualité mennaisienne : les deux premiers volets :

  1. Aimer comme Dieu et se laisser toucher

  2. Se dépouiller de soi par amour; rencontrer Dieu dans les plus petits.

3) Comité de coordination : Mise en œuvre des pistes de l’assemblée générale.

Une première rencontre du Comité de coordination le lundi 18 novembre se penchera sur les orientations majeures de l’assemblée afin d’étudier les moyens de leur donner suite, ce qui n’empêche aucunement les groupes d’associés et associées et les fraternités de prévoir des actions concrètes dès maintenant à la lumière des chemins – sentiers? – découverts à la rencontre du 27 octobre…

 

Un simple mot

Lors de l’assemblée de nos associés et associées, j’ai été heureux de reconduire les membres du comité de coordination dans leur mandat, pour une seconde année. Ils ont fait un travail magnifique de rationalisation et de motivation, et l’assemblée en a témoigné de belle façon.  

Je me permets également de redire ce que j’ai affirmé à cette occasion: suite à la démarche de nos associés et associées pour bien se situer face à la communauté des frères, nous avons pris l’engagement de prendre une position claire comme FIC de la Province. Des étapes de sensibilisation et de formation, en cours d’année, vont permettre à chacun de saisir de l’intérieur la réalité du partage de notre mission et de notre spiritualité et ainsi de s’ouvrir à un engagement concret qui va donner son plein sens à notre association frères-laïcs.  

Que l’Esprit poursuive l’œuvre qu’il a si bien commencée.

 Marcel Lafrance, prov.

Comité de coordination des Associés-es FIC

 

Gaston BOUCHER, Chambly                                        

Léo-Paul LAFORME, Grand-Mère

Luc FRENETTE, Saint-Romuald                                    

Sophie LAPOINTE, Sainte-Scolastique

Henriette GAUTHIER-LAFORME, Grand-Mère               

Jean-Claude RUEST, Sept-Îles

Jean-Guy GAUVREAU, Pointe-du-Lac                          

Robert SMYTH, La Prairie

 

LE TRAIT D'UNION

Bulletin de liaison des Associés et Associées

volume 1, no 2                       Décembre 2002

 

Des orientations pour une action concertée…

Le Comité de coordination des Associés et Associées FIC se réunissait à la Maison Saint-Joseph de Pointe-du-Lac, le mardi 19 novembre 2002 pour donner suite à l’assemblée annuelle de l’association qui s’était tenue trois semaines plus tôt. 

Retour sur l’assemblée

Le Comité à tout d’abord fait un retour sur l’assemblée du 27 octobre. On a relevé l’implication active des nombreux participants, tant chez les frères que chez les associés et associées. Si l’organisation de la journée a semblé être très bonne, une saine critique de certains gestes a été notée : on aurait pu valoriser davantage le symbolisme des cierges, reprendre plus souvent le thème de la journée, avoir fait un lancement plus percutant du dépliant promotionnel et avoir donné plus de temps à l’intériorisation lors de la Célébration en forme de Psaume. Quant aux ateliers, une meilleure préparation des animateurs et animatrices, et plus de précision dans le sens des questions à débattre auraient évité tout équivoque. Des remarques de deux participants ont semblé exprimer une satisfaction générale : « Je me sens heureux d’être dérangé par les Associés. Ça me questionne » et « L’Esprit Saint était présent; j’ai vu son action ».

Assemblée de 2003

Étant donné les risques de mauvais temps à la fin d’octobre, les distances que certains doivent franchir et la date relativement tardive de la fin d’octobre par rapport au début de l’année de travail, il semble préférable de tenir l’assemblée annuelle à la fin de septembre. La date du dimanche 21 septembre 2003 a été retenue pour l’assemblée de l’an prochain. Le lieu, passablement central pour une majorité, est le même que cette année : Plein Air Ville-Joie, Pointe-du-Lac.

 Demandes d’admission

Désireux que des candidats éventuels ne soient pas oubliés, le comité s’est rappelé la procédure établie : une demande d’admission se fait après un cheminement de cinq réunions dans un groupe local. La date butoir pour faire cette demande est le mois de juin de l’année de l’assemblée annuelle où « l’aspirant » désire prendre un premier engagement. Pour que l’accueil de nouveaux candidats ne passe pas inaperçu, il est proposé aux animateurs et animatrices des groupes locaux de signaler les noms d’éventuels membres au secrétariat de la province après la participation de ceux-ci à deux ou trois rencontres. Dans le même ordre d’idée, il est proposé qu’un groupe local dûment formé parraine la création d’un nouveau groupe. Ce parrainage pourrait prendre la forme d’une rencontre inter-groupes au moment de la formation du nouveau groupe. 

Dossiers personnels

Enfin, il a été convenu que des dossiers personnels soient ouverts par le secrétariat de la province sur chacun des associés et chacune des associées. Ces dossiers comprendraient, entre autres, une fiche personnelle, la demande d’admission, les formules de premier engagement et de renouvellement d’engagement, une photo récente, et autres documents pertinents.

Sans être exhaustif, ce compte rendu donne les grandes orientations du Comité. L’élaboration du Plan d’action 2002-2003 s’est concrétisée lors de la rencontre du Comité. Ce Plan d’action est présenté à la fin du présent bulletin.

Un écho 

 « J’étais heureux de participer à cette rencontre [du 27 octobre]. Pour une fois, les frères étaient nombreux. On dirait que la ferveur monte. C’est bon signe. Ce qui m’a édifié le plus, c’est que les frères ont ‘confessé’ courageusement que plusieurs frères un peu âgés craignent d’être dérangés. On vit dans deux mondes parallèles, même si la cloison n’est pas étanche. Personnellement, je pense que des Associés-à-notre-communauté, dans nos retraites, nos prières, nos œuvres, nous donneraient un souffle neuf et peut-être nouveau. Cette présence nous arrangerait bien plus qu’elle nous dérangerait, et ce serait grand bien qu’elle nous dérange un peu.

Le clou de la rencontre, c’est ce que le F. Marcel Lafrance a dit ouvertement, en concluant la rencontre : qu’il faisait de la prise de position par la Province FIC une priorité. Je souhaite que cette priorité porte tout le fruit que j’en espère. »

 

 Hommage à M. Claude Bellemare 

En plus de ses multiples engagements en paroisse et auprès des malades, Claude était un associé de la communauté des Frères de l’Instruction chrétienne. Un associé, c’est une personne, célibataire ou mariée, qui choisit de vivre sa vocation de baptisé et de marcher à la suite du Christ selon la spiritualité transmise à une communauté religieuse par son fondateur ou sa fondatrice. Ces personnes vivent au cœur du monde sans être liées par des vœux ou par la vie communautaire. Ils ou elles incarnent à leur manière l’une des pages de l’Évangile.

Claude a voulu devenir associé pour mieux vivre sa foi et pour pouvoir la partager avec d’autres. C’est avec la communauté des Frères de l’Instruction chrétienne qu’il a trouvé ce lieu de partage. Claude aimait les autres associés et il aimait beaucoup la communauté qui l’avait accueilli, à bras ouverts, lui et Victoire, son épouse, le 18 juin 1991.

Depuis sa venue dans le groupe, Claude ne cessait de renforcer les liens qui l’unissaient aux autres membres et aux Frères. Il vénérait et priait avec confiance le Fondateur, Jean de la Mennais, et il désirait adhérer de plus en plus à sa spiritualité. Que dire aussi de son implication dans sa chère paroisse Sainte-Jeanne-d’Arc! Oui, la mission de Claude se résume admirablement bien dans le mot : SERVIR!

Claude, merci d’avoir été l’un des nôtres, merci pour ton témoignage de chrétien engagé, merci pour ton témoignage d’associé fidèle à tes engagements. 

REMERCIEMENTS 

Cordial merci à vous tous, Frères et Associés, qui avez su si bien accompagner avec grande compassion notre Claude bien-aimé tout au long de sa maladie.

            Vos visites, vos prières, vos paroles d’encouragement furent d’un grand secours. Vous étiez près de nous, chers ami(e) de toujours.

            Nous n’oublions pas la belle participation des Frères et Associés aux funérailles. Quel réconfort! Merci! Nous en garderons un souvenir des plus précieux.

            Victoire et famille

            Shawinigan-Sud

            12 novembre 2002

 

NOTRE BOUGIE BRÛLE DÉJÀ… par Jean-Guy Gauvreau 

Je désirais rencontrer les associés afin de savoir jusqu’à quel point l’Assemblée 2002 les avait rejoints. Je téléphonai donc à chacun ayant en tête les deux questions suivantes : Qu’est-ce que vous avez aimé? Qu’est-ce qui ne vous a pas rejoint? On s’entendit pour une réunion le mercredi 6 novembre 2002 à 7 h 30 chez Solange.

Tout le monde était là. Notre bougie brûle déjà pour chacun de nous et en communion avec les Associés de la province. Un mot de bienvenue, c’est Solange qui nous accueille. Je donne le but de notre rencontre et les étapes que nous allons suivre.

D’abord la prière-réflexion. J’ai choisi un des psaumes de notre dernière assemblée générale, le psaume 121. Puis nous avons écouté la lecture des Actes 2, 42 et suivants. La prière et la réflexion furent partagées. Ceci nous a permis de vivre en profondeur la communion et la spiritualité.

À la suite de cet échange, nous avons convenu de vivre la communion de tout notre cœur et de toute notre âme.

Nous désirons être toujours de plus en plus proches de chaque membre par la prière, par le téléphone, par l’échange et par la rencontre. Ne plus avoir peur de s’informer de la vie des autres et surtout de ceux qui sont affligés par la maladie ou toute autre épreuve. Être proche de tous et de chacun par tous les moyens possibles. Nous faisons partie du même corps : l’Église de Jésus. Et notre mis­sion est celle de Jésus. « Ils n’avaient qu’un seul cœur et qu’une seule âme. »

Puis ce fut le retour sur la fin de semaine du 26–27 octobre. Nous sommes tous fiers de l’accueil réservé à nos membres de Sept-Îles. Ce samedi soir restera gravé dans nos mémoires pour longtemps. « La présence des frères en plus grand nombre nous a grandement encouragés. Ce fut l’occasion d’une belle grande rencontre avec des gens venant de partout. La structure, les ateliers furent intéressants et très bien faits. Les animateurs sont très compétents. Ce fut très respectueux des personnes. Le Saint-Esprit était présent. J’y ai vu son action. Nous avons découvert qu’être associés c’est avoir un esprit missionnaire en étant un reflet du Christ dans nos activités quotidiennes. »

Prochaines rencontres : le deuxième mardi de chaque mois. Nous aimerions que les rencontres soient en alternance : une de partage et d’engagement et l’autre, en y ajoutant l’Eucharistie. Cela chez un associé ou bien dans une fraternité, Pointe-du-Lac ou De Normanville.

Nous aimerions vivre nos rencontres dans la communion, la spiritualité et en nous engageant dans de petites choses, au quotidien. Présentement nous avons lancé le Noël du pauvre chez les Associés FIC. Objectif : me sensibiliser à la réalité de la pauvreté à Noël, soit en collectant de l’argent pour le Noël du pauvre, ou par un engagement de ma part face à la pauvreté des personnes seules, des familles oubliées, etc. Par exemple : la prière, la visite d’une personne seule, malade ou en prison, la participation à un panier de provisions ou encore, par un téléphone d’encouragement. 

LES LAMPIONS : UNE IDÉE LUMINEUSE!

Le 26 novembre dernier, les associés et associées du grand Shawinigan se sont rassemblés pour leur réunion mensuelle à la maison des frères de Shawinigan-Sud.

Le chant, la prière, le partage et un retour sur les journées du 26 et du 27 octobre, de même qu’une partie information, étaient à l’ordre du jour.

Le chant « Lumière du monde » nous a replongés dans l’ambiance de la journée du 27. Un mot de bienvenue du F. Gilles fut suivi d’une présentation solennelle de notre lampion qui fut allumé par une candidate, Lise Gervais, qui se joignait à nous pour la première fois.

Notre réunion était rehaussée par la présence active des frères de la maison et de deux autres candidats, Lise Bourassa Perron et André Bourassa, son époux, auquel nous avons souhaité une bienvenue toute particulière.

Pour cette réunion, la responsabilité de la prière avait été confiée à Jeanne Gélinas qui a su nous guider harmonieusement dans notre participa­tion à la Prière du Temps Présent.

Il s’en est suivi un échange très positif sur les journées du 26 et 27 octobre. Voici quelques commentaires :

·        Pour l’accueil du 26, il nous faut le conserver car il permet de bien nous préparer pour le lendemain.

·        La rencontre du 27 fut chaleureuse et elle m’aidera à faire des pas.

·        La présence des frères en aussi grand nombre m’a impressionné.

·        Le contenu de la journée était bien préparé.

·        C’est une journée qui aide à faire grandir ma foi.

·        Plusieurs réflexions m’ont permis d’aller en profondeur.

·        J’ai apprécié toute la chaleur hu­maine qui se dégageait de cette réunion.

·        J’aurais aimé avoir plus de temps pour les ateliers.

·        L’endroit est à conserver si possible (magnifique et bien adapté).

·        La réunion devrait, si possible, se tenir plus tôt dans la saison.

·        Les Psaumes m’ont permis d’intérioriser.

·        La présentation des lampions fut une idée lumineuse.

Et une foule d’autres commentaires appropriés, comme la souscription volontaire qui, selon l’avis de tous, est à conserver.

Après coup, nous avons échangé autour du dossier d’animation spirituelle et nous nous sommes enten­dus pour vivre une première expérience de cette animation le 28 janvier 2003, réunion à laquelle seront conviés les frères de la maison de Shawinigan-Sud qui y participeront.

Nous nous sommes entendus pour poursuivre ces réunions mensuel­lement les 4e mardis de chaque mois, ce qui nous permettra de compléter ce dos­sier avant le mois de juin 2003.

La réunion s’est poursuivie par des échanges fraternels autour d’une collation offerte par les frères de Shawinigan-Sud.

 

Informations additionnelles :

F. Germain Mélançon est en train de préparer un signet qui illustrera au recto les visages de nos deux fondateurs, et au verso nous retrouverons la nouvelle prière qui se trouvait à la fin du livret de la neuvaine du 18 au 26 novembre pour la béatification de nos fondateurs.

Sur une initiative de Jean et Paul-Émile Gélinas, dans un souci de faire grandir notre foi, des petits groupes se réuniront régulièrement pour prier et partager ensemble. Le 6 décembre a eu lieu la première de ces rencontres. 

Fraternellement,

Le groupe de Shawinigan

 

 De Chambly 

Après huit ans d’implication en milieu paroissial, après surtout l’implantation de l’initiation à la vie chrétienne à la paroisse, les frères actuels de Chambly, FF. Roch Bourbonnais, Gilles Ménard et Gaston Boucher, ont pensé qu’était peut-être venu le moment de partager l’héritage mennaisien avec des associés.

Nous nous sommes adressés par lettre personnelle à des gens pour qui faire connaître Jésus Christ et son Évangile revêtait une valeur privilégiée. Cette lettre disait entre autres : « À Chambly, les frères veulent s’assurer que la mission pour laquelle les Frères de l’Instruction chrétienne ont été fondés - faire connaître Jésus Christ et son Évangile -, se poursuive. Nous désirons léguer notre souci de l’initiation à la vie chrétienne, notre amour des jeunes et notre préoccupation de leur vie de foi. »

Les trois frères ont convoqué une quinzaine de personnes le dimanche 1er décembre 2002, moment historique, jour de fondation du groupe d’associés en Montérégie.

Le programme de cette rencontre était comme suit :

·        Salutations

·        Associé, c’est quoi? 

·        Ça engage à quoi être associé aux FIC?

·        Cheminement pour devenir associé

·        Un exemple de rencontre régulière

Comme les trois frères sont responsables des associés, il sera plausible d’offrir plusieurs choix pour les rencontres périodiques à Chambly.

À la fin de la rencontre, un policier invité dit : « Si je comprends bien, vous voulez que l’œuvre de l’éducation chrétienne continue. Je trouvais triste de penser qu’un jour les frères quitteraient Chambly. C’est nous autres qui allons vous remplacer! »

 

Plan d’action 2002-2003 

Lors de la réunion de Comité de coordination du 19 novembre 2002, le Comité a passé en revue l’ébauche du plan d’action de l’année en tenant compte des recommandations qui avaient été faites trois semaines plus tôt à l’occasion de l’assemblée annuelle. Un souhait exprimé par plusieurs se résumait comme suit : « Que le responsable et le comité de coordination présentent le plus tôt possible un plan d’action en vue d’une mission partagée. » 

On a cru bon présenter le plan d’action sous les trois sous-titres de spiritualité, communion et mission afin de bien souligner les trois volets qui font l’objet, non seulement de l’attention mais aussi de la pratique des groupes d’associés et d’associées en lien avec des fraternités. 

Depuis l’assemblée du 27 octobre, des rencontres de groupes ont déjà eu lieu comme en témoignent les compte rendus de ce bulletin. Il est à souhaiter que les rencontres soient l’occasion de voir comment, selon les circonstances de chaque région, le plan d’action peut être mis en œuvre.

 

Plan d’Action 2002-2003  

Spiritualité 

·        Dossier d’animation spirituelle sur la mission partagée :

 Cinq rencontres prière-échange

1.      Vocation commune : tous appelés à la sainteté

2.      Famille commune : dans une Église-Communion

3.      Mission commune : charisme, mission partagée, associés-es

4.      Témoignage élargi : coresponsables de la pastorale des vocations

5.      Confiant en l’aide de Dieu : audace et confiance – « Pars… » 

·        Spiritualité mennaisienne : présentation des deux premiers volets par F. Marcel Lafrance

1.      Aimer comme Dieu et se laisser toucher

2.      Se dépouiller de soi par amour; rencontrer Dieu dans les plus petits

N. B. : S’il appartient à chaque groupe d’associés-es ou à chaque fraternité de programmer les rencontres de prière-échange, il faudra autant que possible tirer partie des visites de F. Marcel dans les secteurs de la province pour les présentations sur la spiritualité mennaisienne.

 

Communion

·        Bulletin de liaison « Le Trait d’Union » pour resserrer les liens des associés-es entre eux et entre les associés-es et les FIC. Au moins cinq numéros sont projetés pour l’année 2002-2003.

·        Partage d’expériences de vie des associés-es avec des fraternités FIC : à fixer entre associés et fraternités.

·        Sensibilisation et formation : dossier d’animation spirituelle dans les fraternités, conférence sur la Congrégation de F. Jean Charron. À programmer selon les disponibilités des personnes concernées.

 

Mission  

  • Recrutement de nouveaux membres par les groupes  

  • Création de nouveaux groupes d’associés  

  • Positionnement de la Province  

Que l’Esprit Saint nous accompagne sur tous nos chemins!                                                                                          JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE 2003!

               

LE TRAIT D'UNION

Bulletin de liaison des Associés et Associées

volume 1, no 3                       Février 2003

Comité de coordination : nouvelles… 

Faire le point sur le grands objectifs de l’année tels qu’arrêtés par l’assemblée annuelle 2002 : voilà ce qui, en partie, a fait l’objet de la réflexion des membres du Comité de coordination lors de sa rencontre du 24 janvier dernier.

            Les « triades » de l’assemblée ont formulé des souhaits qui semblent en bonne voie de se réaliser. Le désir le plus souvent exprimé avait été celui d’être mieux informé sur la réalité des Associés FIC. Le présent bulletin veut continuer à faire circuler les nouvelles dans les fraternités et les groupes d’associés. Des associés et associées sont disponibles pour rencontrer les fraternités qui désirent entendre leur témoignage. Le dépliant promotionnel peut faire l’objet d’échanges dans les fraternités et les groupes. Le Dossier d’animation spirituelle aidera sans doute les utilisateurs à mieux cerner la réalité de la mission partagée. Quant à l’équipe provinciale, elle invitera les fraternités à se pencher sur le « Cadre » de l’association lors de ses visites aux communautés.

            On avait aussi souhaité des rencontres mieux structurées et on semble faire des progrès dans ce sens. Par exemple, dans certains groupes, on programme des rencontres mensuelles à dates fixes, tel jour de chaque mois. Un petit comité prépare les réunions du grand groupe. On se sert du Dossier d’animation spirituelle, dûment préparé. On intègre une célébration eucharistique dans la rencontre ou bien les rencontres se font en lien avec les temps forts de l’année liturgique. Ce sont là des initiatives qui, tout en respectant les besoins de chaque groupe, donnent davantage corps aux réunions.

            Plusieurs membres avaient souhaité un rajeunissement de l’association. La formation d’un nouveau groupe d’associés et d’associées à Chambly répond en grande partie à ce désir. Une vingtaine de membres dont la moyenne d’âge est de 41 ans reçoivent une initiation comme associés grâce aux efforts concertés des trois frères de la fraternité, FF. Bourbonnais, Ménard et Boucher. Plusieurs des « aspirants » sont des catéchètes qui partagent avec les frères la même mission tandis que d’autres sont des parents de jeunes qui fréquentent « l’école de la foi ».

            Le Comité de coordination a aussi repris l’idée de la préparation et de la publication d’un Guide ou Manuel des Associés et Associées FIC sous la forme d’un livret broché dont disposerait chaque membre et qui contiendrait l’essentiel des informations utiles aux associés et associées. Le contenu pourrait s’articuler autour de sujets tels que les Fondateurs, une brève historique des FIC, une historique de l’Association, les fondements ecclésiaux et les éléments constitutifs de l’Association, le Cadre des Associés-es FIC, un condensé de la spiritualité mennaisienne, les formulaires d’admission et d’engagement, une bibliographie d’ouvrages susceptibles d’intéresser les associés et associées, etc.

            Les dates des Retraites FIC 2003 sont connues et les renseignements pertinents parviendront aux associés et associées au cours du mois de février pour les retraites qui ont lieu en mai et juin. Pour l’instant, l’essentiel de l’information se résume comme suit :

Lieux                           Dates

La Prairie                     3 mars-7 mars

Cap-de-la-Madeleine    11 mai-17 mai

Loretteville                   1er juin-7 juin

Saint-Jérôme                15 juin-21 juin

Dolbeau                       29 juin-5 juillet

            Enfin, le Comité a commencé à réfléchir à l’organisation de l’assemblée de 2003, en particulier, à la journée préparatoire destinée aux aspirants, qui se tiendrait le samedi 20 septembre, en après-midi, à Pointe-du-Lac.

Des Associés et Associées découvrent la SAINTETÉ 

Rencontre du 14 janvier 2003, Rue de Normanville 

Jean-Guy Gauvreau 

Que signifie pour toi la sainteté ?

Nous sommes tous sortis de notre dernière rencontre d’Associés et Associées FIC plus riches de la réalité de la sainteté. De prime abord, le mot nous choque. La sainteté ce n’est pas pour nous. Mais à la suite de nos lectures, de nos réflexions personnelles et de nos échanges, la sainteté nous est apparue plus familière et plus réalisable.  

La sainteté, c’est suivre Jésus comme les disciples et l’accompagner comme ces femmes qui accompagnaient Jésus dans sa montée vers Jérusalem. Nous avons reçu cet appel d’accompagner Jésus à notre baptême-confirmation. C’est là notre mission : faire connaître le Royaume, annoncer Jésus et son Évangile. Ce projet est une montée, la montée de toute notre vie. Et nous avons à le faire dans l’ordinaire de la vie, par le rayonnement de notre vécu. C’est le don de soi dans l’Amour. C’est dans la prière, dans la rencontre quotidienne de Jésus, dans son intimité que je précise cet appel. Je dois connaître Jésus pour l’accompagner, pour être son complice dans la vie, dans l’Amour. Être à son écoute pour rechercher sa volonté.

   Des saints dans la vie de tous les jours… 

Quelle implication la sainteté a-t-elle pour toi dans ta vie de tous les jours? 

Cet appel à la sainteté donne sens à toute la vie. Je dois offrir ce que je vis. Je vis d’abord au niveau humain. Plus je suis humain, plus je vis la sainteté. Être compatissant envers ceux et celles qui m’entourent. Faire du bénévolat, un bénévolat qui consiste à accompagner Jésus dans sa mission de proclamer la Bonne Nouvelle. 

Dans un groupe qui accompagne Jésus, tous participent à la mission, à leur façon, selon leurs ressources. Prier pour la mission, servir un goûter pour la mission, me tenir à l’accueil pour la mission, préparer un document qui va rendre service pour la mission, donner mon avis pour la mission, rencontrer une personne qui a besoin de mon écoute, faire la décoration d’un local pour la mission.  

Je dois me sentir guéri par Jésus, transformé par lui. Je dois vivre de son esprit afin de bien l’accompagner. C’est lui que j’accompagne dans mon groupe de service, dans mon groupe de vie et avec ce que je sais faire le mieux. Je le fais d’une façon ordinaire, dans l’ordinaire de ma vie et en toute humilité.  

Thérèse de Lisieux nous apparaît comme un modèle de sainteté, de sainteté ordinaire dans sa vie de tous les jours, et dans sa montée vers Jérusalem.  

Associées et associés aux FIC de la vice-province Japon-Philippines 

  Dans la cadre de ma visite de la vice-province : Japon-Philippines du 17 décembre 2002 au 15 janvier 2003, j’ai eu la bonne fortune de rencontrer la plupart des laïcs associés aux FIC.  

Au Japon

Au Japon, j’ai rencontré M. et Mme Yoshino, associés connus de plusieurs frères et associés et associées canadiens. Je les ai rencontrés à Shizuoka, où ils demeurent, à l’occasion d’une réunion des tous les frères du Japon le soir de Noël. Le 27 décembre, ils m’invitaient à souper chez eux et à un récital de piano donné par une amie de la famille. Ils assistaient aussi à la récollection de fin d’année à Tokyo ainsi qu’aux an­niversaires de naissance de F. Lawrence Lambert à Tokyo et de F. François Abe à Yokohama. Les Yoshino se rendent habituellement à la résidence FIC de Shizuoka pour la prière du matin avec la communauté.

               Les Yoshino tiennent une petite école d’une quarantaine d’élèves à Shizuoka : M. Yoshino enseigne les mathématiques tandis que Mme Yoshino enseigne l’anglais et gère l’établissement. Non seulement aident-ils les élèves en difficulté, mais ils s’intéressent aussi à la pastorale des vocations. Mme Yoshino aime rendre service aux frères, entre autres, en faisant des traductions de textes anglais en japonais. Les frères du Japon, quant à eux, s’attachent de plus en plus à la promotion de la mission partagée. 

Aux Philippines 

Sept des dix associées et associés aux FIC étaient présents à la rencontre à laquelle j’ai eu la joie d’assister le dimanche 5 janvier à San José, aux Philippines. J’ai été impressionné par le professionnalisme et l’engagement chrétien de ces personnes. Ce sont, pour la plupart, des personnes mariées, neuf femmes et un homme, toutes impliquées dans des tâches d’éducation, soit comme enseignantes, soit comme coordinatrices d’études au niveau secondaire et collégial, ou soit comme directrices et directeur d’écoles. Plusieurs sont associées aux frères depuis l’arrivée de ceux-ci sur l’île de Panay, 15 ans passés. 

En plus de leurs engage­ments professionnels, les associées et l’associé FIC sont impliqués au niveau du diocèse en pastorale jeunesse, dans les paroisses au plan de la liturgie et de la préparation des jeunes aux sacrements, dans les mouvements de jeunes et dans l’animation de retraites auprès d’adolescents. Plusieurs s’investissent sur une base volontaire au TTP (Technical Training Programme) du Collège St. Anthony, un programme établi et géré par les FIC. Elles y enseignent les matières académiques, font du counselling, donne des retraites et secondent les frères lors des entrevues d’admission.  

Il va sans dire que les membres associés philippins désirent approfondir de plus en plus la spiritualité mennaisienne. Ils aiment prier ensemble et avec les frères à l’occasion, ainsi que partager les temps forts de la communauté. F. Michel Beaudoin est l’animateur désigné des « AMFIC » – associate members – des Philippines.

                             Robert Smyth, fic

 

Un BONJOUR septilien

        Je désire vous décrire le déroulement d’une rencontre des associés-es de la Côte-Nord. Vivez avec moi une de ces réunions à la fraternité de l’avenue Arnaud.

      L’accueil est toujours chaleureux. Tous les frères viennent à notre rencontre et ils participent au partage. C’est un baume qui se répand sur nous.

            Avant de commencer, nous allumons la chandelle reçue lors de l’assemblée du 27 octobre à la Pointe-du-Lac. La Prière du temps présent suit. Aux deux dernières rencontres nous avons dérogé, si je puis dire, pour reprendre, d’une façon adaptée, la célébration de la prière composée pour l’assemblée générale du 27 octobre (psaumes appliqués à l’association).

            Par la suite nous réfléchissons et partageons sur des items comme:

- spiritualité de Jean-Marie de la Mennais

- fondements et cadre de vie des membres associés

- notions sur les psaumes

- charisme mennaisien

- liturgie, Pater, etc....

            Il y a deux ans, chaque associé a raconté son vécu. Comment est-ce que chacun et chacune saisissaient la présence de Dieu dans les événements. Nous nous sommes rendu compte que chacun et chacune vivaient des choses différentes qui nous transforment et nous aident à suivre Jésus. N’a-t-il pas dit: “Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie.”

Nous sommes très à l’aise pour partager. À mi-temps de la réunion, un chant religieux permet de nous lever et de nous détendre.

À chaque réunion, une associée, Léona, nous distribue une Parole de vie qu’elle a copiée sur un jolie papier. Chacun lit un message choisi au hasard, puis il y a partage. Lors de la période des informations, on est invité à souligner un événement de notre vécu du mois, particulièrement en ce qui regarde notre travail apostolique. Il y a aussi les nouvelles de la communauté. Chaque réunion se termine par le chant Animés de l’amour.

            Pour débuter l’année, en septembre, un souper partage est organisé à la suite de la réunion de l’après-midi. Cette façon de procéder se répète en janvier et en juin. Quand nous pouvons avoir un prêtre, nous avons à cette occasion l’eucharistie. Ces rencontres se tiennent au chalet des frères. À toutes les autres rencontres, un petit goûter nous est servi. En fraternisant, nous apprenons à nous connaître (communion). 

       Nous partons toujours enthousiasmés-es pour vivre le charisme mennaisien qui commence à nous habiter. Un merci chaleureux et amical aux frères qui participent à nos rencontres et qui nous conduisent avec assurance sur les pas du Fondateur. 

Une amie associée,

Anita Méthot

 

RASSEMBLEMENT AU LAC PATERSON 

          Sur une invitation de F. Roger Bourassa, Associés-es et F.I.C. se sont rencontrés au Lac Paterson le 28 décembre dernier.

L’accueil avait été prévue pour 10h et à l’heure prévue, déjà les premiers invités arrivaient et étaient suivis assez rapidement par d’autres qui ne voulaient pas manquer cette journée de rassemblement.

L’accueil fut des plus chaleureux, les uns et les autres en profitant pour se souhaiter les vœux d’usage en cette période de l’année.

On peut dire que la participation d’une quarantaine de personnes venues d’un peu partout en province a contribué sensiblement au succès de cette journée.

Tel qu’annoncé lors de l’invitation, vers 11h une messe était présidée par F. Albert Mayrand. F.I.C. et Associés-es y ont participé activement et avec ferveur.

Après la messe, quelques mots de bienvenue du F. Roger furent suivis par les souhaits de F. Lévi Boudreau, provincial adjoint, venu rehausser par sa présence ce rassemblement annuel.

Avant de passer à table pour un magnifique repas préparé par un traiteur de la région, nous avons été invités à prendre l’apéritif de circonstance.

Chacun fut servi à  souhait, les assiettes nous arrivant toutes bien garnies et bien présentées par des serveurs expérimentés. Comme il se devait, le tout fut complété par un succulent dessert. 

Par la suite, une période de détente était au programme, permettant selon son goût, à l’un ou à l’autre de profiter soit du grand air ou du feu de foyer qui avait été préparé, tout en échangeant sur les sujets les plus divers.

Comme la tradition le veut, une période de jeux a suivi. Animé par Claude Gélinas, le Banco nous a procuré l’opportunité d’échanger avec la majorité des invités(es) et de bien nous amuser.

Tous, du premier au dernier, sont repartis avec un petit cadeau très apprécié.

Merci sincère à Roger et à son équipe, et à l’an prochain peut-être? 

Léo-Paul Laforme

pour les Associés. 

ASSOCIÉS et ASSOCIÉES version QUÉBEC

       Pour faire suite à la rencontre générale d’octobre dernier, notre groupe s’est réuni le 14 novembre 2002 pour réfléchir sur les suites à donner à cette réunion annuelle et pour planifier nos rencontres de l’année.

   Le document présenté pour aider à l’animation des réunions fut remis à chacun et chacune avec invitation à se préparer individuellement à la réunion fixée au 4e jeudi de janvier.

De fait, le 23 janvier 2003, les associés et associées se retrouvaient avec les frères de la Maison Atkinson ainsi que F. Normand Dessureault et F. Jean-Paul Goyette, co-responsable du groupe d’associés de la région de Québec.

Comme visuel, on avait placé sur une table le buste du Fondateur, une Bible et la chandelle remise à chaque groupe lors de la réunion générale.

L’animation fut assurée par M. Réal Lampron et F. Luc Frenette. Nous avons suivi la démarche proposée pour la tenue d’une telle réunion, en nous servant du premier feuillet intitulé « Tous et toutes appelés-es à la sainteté dans l’Église-Communion ».

À la fin de cette réunion, qui a duré une heure et demie, les participants et les participantes ont exprimé leur satisfaction pour ce genre d’animation où se sont succédés harmonieusement prières, chants, réflexion et échanges faits de façon libre et détendue, autant par les frères que par les associés-es.

La prochaine rencontre se tiendra au même endroit, le 4e jeudi de février, soit le 27, et sera animée par Mme Claire Larochelle, épouse de Benoît, deux nouveaux membres qui viennent de se joindre à notre groupe. À remarquer que d’autres personnes ont été invitées à devenir membres.

Les échanges se sont poursuivis autour d’une légère collation à laquelle nous avait conviés F. Noël Lachance, supérieur de la communauté. 

F. Luc Frenette, i.c.

(note: les numéros suivants du Trait d'union sont reproduits en format Adobe Reader (.pdf). Si tu n'as pas ce programme, tu peux le télécharger gratuitement chez Adobe.)

Bulletin de mars 2003: clique ici